Le nécessaire de voyage

De nos jours, lorsque l’on part en voyage, nous prenons notre trousse de toilette pour y glisser notre brosse à dent, le dentifrice, savon et shampoing, bref tout ce dont nous avons besoin pour rester propre sur notre lieu de vacances. 

Mais dans le passé, les choses étaient bien différentes. Tout d’abord les temps de trajet n’étaient pas aussi rapides qu’aujourd’hui. En effet, au 19ème siècle les voyages pouvaient durer plusieurs jours. Il n’y avait pas encore d’avions ! 

Pour ces raisons, les voyageurs devaient prévoir de quoi se laver ou encore se restaurer durant le trajet. 

Nécessaire de voyage, un coffret bien pensé

Afin de transporter facilement et en toute sécurité un tel assortiment d’articles de toilette dans un coffret ou une valisette tout en conservant sa portabilité et son esthétique, une plus grande importance a été accordée au placement des aménagements intérieurs. Les nécessaires de voyage étaient réalisés avec une précision de puzzle. 

On y retrouvait des plateaux superposés avec des emplacements réservés à des outils et ustensiles imbriqués dans et autour, en dessous et au-dessus des autres accessoires, avec pratiquement aucun espace laissé inutilisé. Certains des contenus s’emboîtaient parfaitement les uns dans les autres, comme une poupée Matryoshka russe, afin de maximiser l’espace limité disponible du nécessaire de voyage.

De plus, comme vous vous en doutez, le plastique n’existait pas encore. Tous les parfums, lotions et autres soins corporels étaient conditionnés dans des flacons en verre ou en cristal. Les accessoires de toilette devaient donc être transportés dans un coffret capable de les protéger des chocs. C’est pour cette raison que la plupart de nécessaires de voyage ont un intérieur recouvert de velours. 

Les nécessaires de voyage très personnalisés et complexes se développent au XVIIIème , comme les charmants « petits déjeuners » en porcelaine finement décorés savamment rangés dans des coffrets garnis de velours précieux souvent recouverts de cuir décoré de dorures au fer, aux armoiries de leurs propriétaires.

Les coffrets de toilette de voyage pour les femmes

Les origines de la boîte de voyage française remontent à la fin du XIVe siècle, certains des premiers exemples contenant l’équipement le plus élémentaire pour la toilette personnelle. Au fil des siècles, ces boîtes, le plus souvent la propriété de membres de la royauté, de nobles et d’autres personnes fortunées, sont passées d’accessoires de voyage purement utiles à des accessoires de luxe décoratifs et précieux. 

Du milieu à la fin du XVIIIe siècle, les ébénistes et les orfèvres, conscients des besoins et des exigences croissants de leurs clients lors de voyages, ont commencé à fabriquer des ensembles contenant toutes les nécessités ensemble. Connues sous le nom de Nécessaire de Voyage ou simplement de Nécessaire, ces boîtes étaient conçues pour les dames et les messieurs et précédaient de manière significative les trousses de toilette anglaises.

Les Nécessaires se distinguent souvent de leurs homologues anglais par l’ingéniosité de leur conception de placement intérieur, ainsi que de leur design extérieur. Outre la forme cuboïde typique, les ébénistes français fabriquaient des Nécessaires sous une forme plus étroite mais plus profonde, voire une forme courbe, à bords radiaux ou ellipsoïde. 

Les trousses de toilette pour dames pouvaient comporter une large gamme de bouteilles et de bocaux décoratifs ainsi qu’une vaste gamme d’outils d’embellissement, tous conçus dans un esprit de pur luxe. Parmi eux des paires de ciseaux, pince, crochet pour bottines, limes, boîtes de tailles diverses, brosses, peigne… La plupart des nécessaires de voyage disposaient d’un miroir pour permettre à ces dames de se recoiffer à tout moment. 

L’extérieur de la boîte est devenu presque aussi important que l’intérieur et ces boîtes ont commencé à être plaquées avec de beaux bois exotiques du monde entier. Favorisant des bois comme l’acajou, le noyer, le palissandre, l’ébène, l’orme, le bois de violette et le thuya, les boîtes typiquement françaises pouvaient également inclure l’utilisation d’incrustations de laiton extravagantes, de laiton incrusté dans la carapace de tortue, de ferronnerie gravée ou de divers bois.

La plupart des meilleurs fabricants et détaillants de ces Nécessaires étaient basés à proximité immédiate du Palais Royal de Paris ; certains situés dans de grandes arcades dans l’enceinte du palais lui-même, connus sous le nom de Galeries du Palais Royal. Selon la Statistique de l’Industrie à Paris, en 1847 il y avait 158 ​​fabricants parisiens de Nécessaires qui employaient 980 personnes (882 hommes, 30 femmes et 68 garçons).

Les nécessaires de voyage pour les hommes

Vers la fin du 18ème siècle, des coffrets de toilette sont fabriqués spécifiquement pour accompagner les gentlemen de la haute société lors de leurs déplacements. Les trousses de toilette étaient à l’origine plutôt utilitaires mais elles en disaient long sur la richesse et la place de leurs propriétaires dans la société, car à cette époque, les voyages étaient réservés à l’élite.

Les nécessaires de toilette pour hommes contenaient des bouteilles et des pots pour les eaux de Cologne, les lotions après-rasage et les crèmes ainsi que les outils de rasage et de manucure essentiels. Au fur et à mesure que ces coffrets de voyage devenaient plus populaires, de nombreuses autres options d’articles de voyage ont été proposées pour inclusion. 

Transporter facilement tout ce qui pouvait rendre le voyage plus agréable

Avec la popularité croissante de ces coffrets de voyage, des variantes pour les articles de repas, couture, écriture et à d’autres fins scientifiques ont été fabriquées. 

Les ensembles plus grands peuvent inclure des bouilloires avec brûleurs chauffants, des boîtes à thé, des théières et des cafetières, des pots à crème, des sucriers, des tasses et des soucoupes en porcelaine, des ensembles de couverts, des verres à boire, ainsi que des articles de grande taille comme des lavabos en argent, des aiguières, des plateaux de service et bougeoirs amovibles.

Les écritoires se répandent pour les fonctionnaires, notaires, les premiers assureurs au début du XVIIIè et les simples voyageurs. Les femmes rangeait leurs perruques et mouches (grains de beautés artificiels) dans des nécessaires de voyage spécialement conçus pour ces articles.

Leave a Reply

Your email address will not be published.